ETIENNE CAIL

ETIENNE CAIL

PRESENTATION

Ludique politique, nuancée et erudite telle est l’oeuvre d’Etienne Cail;

C’est dans le cadre de l’atelier de Sèvres qu’Etienne Cail, conforté par ses pairs, décidera de prendre son envol dans le monde des peintres.
Nous sommes en 2009, il n’a alors que 18 ans et affaire rarissime, il a déjà trouvé son style, sa « pâte ».

Il choisira pour sujets principaux : son atelier et le portrait, thématiques qu’il ne cessera de questionner et de travailler sans relâche.
Après la représentation de l’atelier qu’il a réalisé sous tous les angles, Etienne Cail s’est engagé à construire « ses gueules », des adversaires qu’il défiera à grands coups de pinceaux.

L’expression du visage ambigu impose une autorité naturelle, témoin d’un charisme empirique, révélant une dimension humaine. Etienne peaufine sans cesse l’univers du noir et du blanc, cherchant les myriades de variations qui en découlent. Le portrait demeure sa signature, Les « détournements », quant à eux – imaginés il y a un 2ans, suite à une immersion en Chine au sein de la ville artistique Songzhuang – viennent enrichir son monde. Un tournant dans son travail, où se tutoient ironie et dérision, remplaçant les figures de tableaux mythiques par des visages chinois.

C’est à bruxelles qu’Etienne pose ses valises, à ASFAP en ce mois de mai 2014 pour y réaliser « 1830 », une série de scènes aux envolées révolutionnaires, mis en parrallèle avec ses portraits autoritaires.
Inspirée dans ce cadre par l’indépendance de la Belgique, la révolution, 1830 Etienne prend possession d’ASFAP pour y produire son œuvre. Un vernissage cloturera la période atelier/ production le 12 juin 2014.

PRESSE

TRAVAUX